START A PETITION 27,000,000 members: the world's largest community for good
START A PETITION
x
 
 
LOUPS ! April 20, 2005 1:04 PM

Vous trouverez ici des actions ou des infos concernant les LOUPS...  [ send green star]
 
Sauvez les LOUPS ! April 20, 2005 1:06 PM

Notre gouvernement a récemment autorisé l'abatage de loups dans les Alpes françaises !
Vous aimez les loups ? Signez la petition !


version française
http://www.loup.org/spip/article.php3?id_article=107

Merci !


IMPORTANT...
en signant cette petition vous devez indiquer une adresse mail valide.
vous recevrez ensuite un email de confirmation
cliquez sur le lien pour confirmer votre signature
sinon votre signature sera rejetée, ceci pour vérifier l'authenticité de votre engagement

http://www.loup.org/spip/petition.php3?id_article=107&var_confirm=AhHovKuu#sp107

merci !!!  [ send green star]
 
Cyberaction pour la défense du LOUP April 20, 2005 1:51 PM

Pétition du WWF aux ministères de l'agriculture et de l'écologie.

http://www.wwf.fr/cyberaction-loup/index.php





Indiquez une adresse mail valide, vous recevrez un mail de confirmation.
Merci !  [ send green star]
 
FERUS : des infos sur les LOUPS April 20, 2005 2:23 PM


http://www.ours-loup-lynx.info/sommaire.php3

FERUS a pour buts, en France, notamment dans les massifs frontaliers et en relation avec les pays européens voisins :
-  d’articuler et de coordonner toutes actions de recherche, de sensibilisation et d’éducation liées à la présence et à la réhabilitation du loup, de l’ours et du lynx,
-  de favoriser la réussite du retour naturel du loup là où les conditions sont favorables,
-  de favoriser le maintien et le renforcement des populations d’ours,
-  de favoriser le retour et le maintien des populations de lynx.
De plus, FERUS milite pour la cohabitation prédateurs/pastoralisme qui est possible en France, comme dans de nombreux pays européens. La prise en compte des intérêts particuliers du pastoralisme et des intérêts généraux et collectifs de la préservation de la biodiversité sont le fondement de l’action de FERUS. Il s’agit donc de les promouvoir et de les financer.
L'action PASTAURALOUP soutenue par le WWF et la SPA, action phare de FERUS consiste à mettre à la disposition des éleveurs en zones à prédateurs, pendant la saison d’estive, des bénévoles écovolontaires qui, par une présence humaine continue auprès des troupeaux, évitent les attaques de prédateurs.

 [ send green star]
 
Plein d'infos sur les LOUPS April 20, 2005 2:29 PM


http://www.loup.org/spip/  [ send green star]
 
Pour que vivent les loups ! May 10, 2005 10:40 AM

Même si son retour naturel dans notre pays en 1992 a déjà donné lieu à de très nombreuses études et recommandations pour la bonne protection des troupeaux, elles n’ont jamais été suivies des faits ni encouragées. La présence du loup est une chance pour l’enrichissement et l’équilibre de notre écosystème, tout doit être mis en œuvre pour le protéger !
Les signataires de cette pétition exigent, avec le Groupe Loup France, la SPA et le WWF-France, que le loup reste protégé par la Convention de Berne et la Directive Habitats, dans le respect des activités d’élevage et de pastoralisme.

signez la petition :

http://www.spa.asso.fr/petitions_form.asp?petition=1

 [ send green star]
 
 May 22, 2005 2:22 AM

Vous pouvez ecrire une lettre de protestation à

Mr le Prefet de l'Isère
Michel Bart
12 Place de Verdun
38000 Grenoble

Restez courtois bien sur

 [ send green star]
 
 May 22, 2005 2:32 AM

LYON, 21 mai 2005 (AFP)
Loup en Isère: le préfet autorise le tir par balle sur le loup
Le préfet de l'Isère a autorisé samedi l'abattage d'un loup dans le département à la suite d'une décision ministérielle, a indiqué la préfecture dans un communiqué. "Par décision ministérielle de ce jour, le prélèvement par tir à balle a été autorisé. Toutes les dispositions ont été immédiatement prises (...) pour que cette mesure puisse être mise en application dès ce soir", explique le communiqué "Un dispositif de recherches, patrouilles et affûts combinés mobilisera les agents de l'ONCFS et les lieutenants de louveterie. Ce dispositif sera adapté, et le cas échéant renforcé, afin de procéder à ce prélèvement dans les meilleurs délais", ajoute-t-il. Jeudi, les ministres de l'Ecologie, Serge Lepeltier, et de l'Agriculture, Dominique Bussereau, avaient autorisé un "tir anesthésiant" pour un loup de l'Isère soupçonné d'avoir attaqué des bovins. Il s'agissait de le capturer et de le mettre dans une réserve. "Si le loup est pris, il pourrait être orienté vers un parc animalier. Si on ne parvient pas à l'attraper, les ministres pourraient donner leur feu vert dans les 48 heures à un tir létal", avait alors précisé l'entourage de M. Lepeltier. Cinq génisses appartenant à différentes exploitations ont été tuées dans des attaques distinctes depuis début mai sur les communes de Bilieu et de Saint-Geoire-en-Valdaine (Isère), voisines du massif de la Chartreuse.

LYON, 21 mai 2005 (AFP)
Des battues pour abattre un loup, suspecté d'avoir tué plusieurs vaches en Isère, ont débuté samedi soir, après que les ministres et l'Agriculture et de l'Environnement aient donné leur feu vert, à la demande des éleveurs.
Le loup est un animal protégé.
"Par décision ministérielle de ce jour, le prélèvement par tir à balle a été autorisé. Toutes les dispositions ont été immédiatement prises (...) pour que cette mesure puisse être mise en application dès ce soir", explique la Préfecture de l'Isère dans un communiqué
Jeudi, les ministres de l'Ecologie, Serge Lepeltier, et de l'Agriculture, Dominique Bussereau, avaient laissé un sursis de 48 heures au loup en n'autorisant dans un premier temps qu'un "tir anesthésiant", afin d'essayer de le capturer et de le mettre dans une réserve.
Les associations d'écologistes et de défense des animaux avaient contesté cette décision, mettant en doute l'implication du loup dans toutes les attaques survenues dans deux communes du massif montagneux de la Chartreuse. Elles ont causé la mort de cinq génisses.
"La responsabilité du loup est attestée" dans une attaque survenue dans la nuit du 10 au 11 mai à Saint-Geoire-en-Valdaine, mais elle n'est pas confirmée pour celles qui se sont produites dans la commune de Bilieu, dans les nuits du 3 au 4 mai et du 18 au 19 mai, soulignaient vendredi dans un communiqué commun le WWF-France et une association écologiste, Ferus.
L'abattage des loups est effectué en France lorsque se produisent plusieurs attaques sur une durée relativement courte. Ce n'est pas le cas en Espagne, où vivent 2.000 à 2.500 loups, ni en Italie, qui en compte environ 500. En France, les estimations font état de 55 à 60 loups.
Le loup étant une espèce protégée par une convention internationale, les dégâts occasionnés aux éleveurs font l'objet de compensations financières. Des associations écologistes assurent que le loup, qui fait moins de dégâts que les chiens errants, est pris pour bouc émissaire par une filière qui connaît par ailleurs de graves problèmes économiques.
En juillet 2004, un arrêté ministériel avait déjà autorisé l'abattage de quatre loups jusqu'au 31 décembre 2004 dans les trois départements des Alpes du Sud, avant d'être étendu aux Alpes du nord et à la Drôme en septembre. Deux loups ont effectivement été abattus en octobre dans l'Isère et la Drôme.
"Maintenant chaque fois qu'il y a des moutons tués, la seule préoccupation c'est que ce soit mis sur le dos du loup, on n'entend plus du tout parler de dégâts des chiens", déclarait Pierre Pfeffer, directeur de recherche au CNRS et ex-président du comité scientifique du Parc du Mercantour, au moment des battues de fin 2004.
"C'est bien plus commode pour la simple raison que les dégâts des loups sont indemnisés par l'Etat", avait-il ajouté.
Le gouvernement français a néanmoins adopté à l'automne dernier un "Plan loup" qui, outre les mesures de protection et d'indemnisation pour les éleveurs dans les zones de présence permanente de cette espèce protégée, prévoit que des loups "pourront être prélevés chaque année, tout en respectant l'objectif du maintien de la population dans un état de conservation favorable". Le document, qui court jusqu'à 2008, ne donne aucun chiffre précis.
 [ send green star]
 
Merci Maya May 22, 2005 3:13 AM

J'avais signer la petition!   [ send green star]  [ accepted]
 
petitions à signer d'urgence !!! May 22, 2005 8:54 AM

Plus jamais ça !!! loup210505.jpg


version française

http://www.loup.org/spip/article.php3?id_article=107
IMPORTANT... en signant cette petition vous devez indiquer une adresse mail valide.
vous recevrez ensuite un email de confirmation cliquez sur le lien pour confirmer votre signature sinon votre signature sera rejetée, ceci pour vérifier l'authenticité de votre engagement

Pétition du WWF aux ministères de l'agriculture et de l'écologie.

http://www.wwf.fr/cyberaction-loup/index.php
Indiquez une adresse mail valide, vous recevrez un mail de confirmation.

Petition du groupe Loup France / SPA / WWF :
http://www.spa.asso.fr/petitions_form.asp?petition=1

 [ send green star]
 
loup en sursis May 22, 2005 9:20 AM

dimanche 22 mai 2005, 12h47
Le loup recherché en Isère aperçu dans la nuit de samedi mais pas abattu

GRENOBLE (AFP) - Le loup, suspecté d'avoir tué plusieurs génisses en Isère et dont l'abattage a été autorisé par les ministères de l'Agriculture et de l'Ecologie, a été aperçu dans la nuit par l'une des trois patrouilles à ses trousses, mais celle-ci n'a pu l'abattre, a-t-on appris dimanche auprès de la préfecture.

Le loup a été aperçu au milieu de la nuit près de Massieu, commune située à proximité de Saint-Geoire-en-Valdaine. Un tir a été effectué, mais l'animal n'a pas été touché et a pris la fuite, selon la même source. Les trois équipes, composées chacune de quatre lieutenants de louveterie armés, dressent des affûts à la tombée de la nuit et au lever du jour. Entre ces deux périodes, des patrouilles en véhicules sont menées. Le loup avait déjà été aperçu deux fois depuis début mai, mais les lieutenants ne s'étaient jamais trouvés assez près pour pouvoir utiliser les fléchettes anesthésiantes, que les ministères de tutelle avaient autorisé dans un premier temps. "Il faut se trouver à moins d'une quinzaine de mètres, dans une zone dégagée, et le loup est un animal qui ne s'arrête que rarement, contrairement au renard", a expliqué M. Cornet.
Le maire de Saint-Geoire-en-Valdaine Albert de Franclieu s'est déclaré "très heureux que la décision ait été prise" de tuer l'animal. "Il fallait calmer les agriculteurs sur le terrain", a pour sa part expliqué Gérard Seigle-Vatte, de la Chambre départementale de l'agriculture.


 [ send green star]
 
anonymous Signé May 22, 2005 9:43 AM

J'ai également fait suivre l'info à d'autres personnes (sur un autre site).

 Je déteste de plus en plus ce pays...

 [report anonymous abuse]  [ accepted]
 
si seulement on pouvait les faire changer d'avis ! May 22, 2005 2:35 PM

il n'est peut être pas trop tard...pour sauver ce pauvre loup traqué comme la 'bête du Gévaudan' dans le massif de la Chartreuse.
en plus de signer les 3 petitions, je propose qu'on inonde tous ces 'braves gens' de fax, de mails, de lettres... (en restant toujours très polis bien sûr)...

Préfecture de l'Isère
Mr le Prefet Michel Bart
12 Place de Verdun
38000 Grenoble

Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable
Mr le Ministre Serge Lepeltier
20 avenue de Ségur
75302 Paris 07 SP
ministere@ecologie.gouv.fr

DIREN Direction Régionale de l'Enironnement Rhône Alpes
webdiren@rhone-alpes.ecologie.gouv.fr

Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche, et des Affaires Rurales
Mr le Ministre Dominique Bussereau
78, rue de Varenne
75349 PARIS 07 SP
communication@agriculture.gouv.fr

Mairie de St Geoire en Valdaine
Mr Le Maire Albert de Franclieu
Le Bourg
38620 SAINT GEOIRE EN VALDAINE
fax : 04 76 07 60 07

ONCFS Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage
direction@oncfs.gouv.fr

Chambre d'Agriculture de l'Isère
Mr Gérard Seigle-Vatte
40 av Marcelin Berthelot
38000 GRENOBLE
fax : 04 76 33 38 83
accueil@isere.chambagri.fr
 [ send green star]
 
anonymous  May 23, 2005 2:57 AM

Ok bonne idée, Maya. Je vais écrire tout de suite.  [report anonymous abuse]  [ accepted]
 
 May 24, 2005 9:09 AM

 [ send green star]
 
NON A L’ABATTAGE DES LOUPS EN FRANCE ! May 24, 2005 9:11 AM

POUR UNE COEXISTENCE DU LOUP AVEC UN ÉLEVAGE DURABLE

mardi 24 mai 2005, FERUS , FNE , l’ASPAS , la Fondation Brigitte Bardot , la SFEPM , la SNPN , la SPA , le WWF , loup.org
            
Un loup aurait attaqué des génisses dans le département de l’Isère. Les associations signataires prennent acte de la déclaration des experts officiels affirmant qu’il n’y a pas de doute sur l’identité du prédateur mais condamnent la décision de l’Etat d’autoriser le tir de cet animal.
Les ministres qui ont autorisé l’abattage du loup ne peuvent prétendre qu’ils ont été surpris, ni qu’ils ont mis en oeuvre toutes les solutions possibles avant d’en arriver là. Des solutions d’effarouchement effectives, en particulier, n’ont pas été mises en oeuvre.
Les associations signataires appellent les ministres à se ressaisir, à ouvrir une concertation honnête avec ceux qui ont bien étudié ces questions, tant en France qu’à l’étranger.
Elles demandent l’abandon immédiat de cette battue d’un autre âge, qui ne résoudra en rien la question, à moins que les ministres n’aient dans l’idée de sacrifier, l’un après l’autre, tous les loups de France.
Les services de ces ministres savent qu’il existe des loups erratiques, en dehors des zones de présence permanente. Ces loups tentent de fonder de nouvelles meutes qui conforteront, si on ne les détruit pas, une population naturelle encore fragile et de petite taille (quelques dizaines en France). Le plan loup signé par les ministres prétend permettre cette restauration naturelle d’une population viable : abattre les loups au premier trouble n’est sûrement pas la meilleure solution !
L’arrêté des ministres est illégal à plus d’un titre. Non seulement aucune mesure efficace n’a été mise en place dans la durée pour empêcher le renouvellement des attaques, mais aucun intérêt économique majeur n’est menacé : les autorités indemnisent chaque année plus de 2000 moutons tués par les loups, 4 ou 5 vaches ne changent pas fondamentalement la donne. Par comparaison, la fièvre aphteuse et l’ESB, ou leur simple soupçon, ont conduit à l’abattage de dizaine de milliers de bovins.
Les ministres osent même prétendre qu’ils font tuer le loup pour garantir la sécurité des hommes alors que les mêmes écrivent et disent depuis toujours avec raison que le loup n’est pas un danger pour les humains.
Elles rappellent que, pour les troupeaux en liberté, la triple protection par des chiens, des bergers et des clôtures la nuit a prouvé son efficacité. Nous indiquons que les bovins, dans les pays où l’on connaît bien le loup, sont protégés très efficacement par des clôtures électriques.
Elles confirment qu’elles comprennent le désarroi des éleveurs notamment lors des premières attaques et nous avons toujours plaidé pour un remboursement total des dommages et une prise en charge immédiate de la question par une équipe d’assistance technique en attendant que des solutions pérennes soient dégagées. 
 [ send green star]
 
 May 24, 2005 4:31 PM

 [ send green star]
 
In memoriam May 27, 2005 3:08 AM

Le loup est secret et discret.
C'est aussi en toute discrétion que ces familles de Canis Lupus se sont éteintes.

En Amérique :
- Loup de Terre-Neuve, disparu en 1911
- Loup rouge, sur les trois types recensés, le plus grand s'est éteint en 1917
- Loup des bisons, disparu en 1926
- Loup de la Terre Victoria, considéré comme disparu.
- Loup de Mogollon, disparu en 1935
- Loup des Rocheuses du Sud, disparu en 1936
- Loup du Texas, disparu en 1942
- Loup de Kenai, la plus grande de toutes les races de loups, éteinte en 1955

En Europe,  en Asie :
- Loup de Murcia, disparu en 1930
- Loup de Hokkaido, éteint depuis 1899
- Loup de Hondo, disparu en 1904
- Loup antarctique des Iles Falkland, disparu en 1876  [ send green star]
 
Action May 27, 2005 6:56 AM

Tir d'un loup dans l'Isère :

A l'initiative de l'association COSA ANIMALIA
Mobilisation contre l’abattage du loup ce soir, vendredi 27 mai à 22 heures dans le parking du 8 à 8 de Saint Geoir en Valdaine (Isère).
Apportez duvets, nourriture, instruments de musique ou objets pour faire du bruit, lampes torche... et faites passer le message S.V.P.

Pour plus d'information sur cette action, contacter
Catherine
COSA ANIMALIA 06 21 50 02 95.
contact@cosaanimalia.org
 [ send green star]
 
 May 28, 2005 7:01 AM

Message de Cosa Animalia qui recherche des volontaires d'urgence pour relayer et renforcer l'équipe (épuisée) qui a passé la nuit du 27 au 28 mai sur le terrain :
Depuis le début Mai 2005, plusieurs attaques de troupeaux attribuées à un loup ont été recensées en Valdaine (Isère).
         Un arrêté interministériel autorise les agents de l’office national de la chasse et de la faune sauvage à traquer le loup, chaque nuit, pour l’abattre, l’opération devant être renouvelée jusqu’à atteindre l’objectif fixé…
         En tant qu’association de protection animale, COSA ANIMALIA ne pouvait rester sans réagir.
         Nous sommes opposés à l’abattage du loup et à ce titre organisons une présence sur les lieux chaque nuit à partir de 22 Heures.

IMPORTANT :
Il est impératif de nous prévenir de votre présence, avant 17 Heures pour le soir même.
Par Mail : contact@cosaanimalia.org
Par téléphone : 06 88 44 71 17
Lieu de RDV : St Geoire en Valdaine (Parking du 8à8 à côté des pompiers).
Pour cette opération pacifique, munissez-vous de lampes torches, duvets, nourriture, instruments de musique, etc…  [ send green star]
 
COSA ANIMALIA perturbe la traque au loup May 29, 2005 3:19 PM

http://www.loup.org/spip/article481.html

 [ send green star]
 
La traque du loup en Isère est suspendue May 31, 2005 6:49 AM

AFP 30.05.05 | 12h17



La traque d'un loup suspecté d'avoir tué plusieurs génisses en Isère, autorisée par le gouvernement et lancée le 21 mai, a été suspendue lundi, a indiqué le directeur départemental de l'Agriculture et de la Forêt, Yves Tachker."Il n'y a pas eu de nouvelles attaques, il reste introuvable, on va attendre de nouveaux indices", a ajouté M. Tachker.Une vingtaine de personnes munies de clairons et de torches avaient perturbé dans la nuit de vendredi à samedi la traque du loup près de Saint-Geoire-en-Valdaine (Isère) pour permettre à l'animal d'échapper aux tireurs de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).Dix-huit agents de l'ONCFS sont mobilisés depuis le 21 mai sur des affûts ou dans des patrouilles pour tuer cet animal protégé, dont l'abattage a été autorisé après qu'il eut probablement tué 5 génisses appartenant à différentes exploitations sur des communes limitrophes du parc naturel régional de la Chartreuse.Le loup a tué sa dernière génisse le 19 mai, un bovin qu'il a reconsommé le 21 mai, juste avant le passage de l'équarisseur, et depuis il n'y a plus d'attaque sur des troupeaux.La traque est autorisée sur le territoire de dix communes proches de Saint-Geoire-en-Valdaine dans la zone où le loup se déplace depuis le début du mois de mai.Les associations d'écologistes et de défense des animaux contestent l'autorisation d'abattage donnée par les ministères de l'Agriculture et de l'Environnement.En juillet 2004, un arrêté ministériel avait déjà autorisé l'abattage de quatre loups jusqu'au 31 décembre 2004 dans les trois départements des Alpes du Sud, avant d'être étendu aux Alpes du nord et à la Drôme en septembre. Deux loups ont effectivement été abattus en octobre dans l'Isère et la Drôme.
 [ send green star]
 
Reprise de la traque du loup en Isère June 02, 2005 1:30 AM

Après 48h de répit pour le loup ("Nécessaire pour analyser les données recueillies" selon la préfecture...), reprise de la traque au loup ce soir mercredi  en Isère...

Pour soutenir COSA ANIMALIA qui oeuvre seule sur place, sans l’aide des "grandes associations", loup.org, en plus d'un soutien "logistique", va faire un don pour aider financièrement  cette petite structure qui assume les opérations de "résistance" à la traque aux loups en Isère (frais d'essence et de portables nécessaires à la synergie de opération anti-traque).

Merci aux membres de la meute qui ont pu faire le déplacement...
Si vous ne pouvez pas venir sur place pour renforcer les équipes, vous pouvez nous aider par vos dons :

Les dons par courrier peuvent être transmis à :
Association loup.org
40b rue principale
67300 Schiltigheim

Ou directement à Cosa Animalia :
Cosa animalia
52, Bd Joseph Vallier
38000 Grenoble  [ send green star]
 
anonymous  June 04, 2005 12:50 PM

J'ai relu cette poignante nouvelle de l'écrivain Hermann Hesse (qui date de 1902-1903)  et qui est malheureusement toujours d'actualité...

Le loup

On n’avait encore jamais vu, dans le Jura français, un hiver aussi long et aussi terriblement froid. Depuis des semaines, le temps se maintenait clair, sec et glacé. Pendant la journée, les vastes pentes neigeuses d’un blanc pâle s’étendaient à l’infini sous un ciel éblouissant.

La nuit, une petite lune claire se levait sur ces étendues, une cruelle lune glacée à l’éclat jaune et dont la forte lumière bleuissait, assourdie, au contact de la neige et prenait l’apparence de la gelée elle-même.

Les gens évitaient tous les chemins, spécialement sur les hauteurs ; pestant contre le temps, ils restaient paresseusement dans les chaumières des villages dont les fenêtres rougeoyantes paraissaient, de nuit, enfumées dans la lumière bleutée de la lune et ne tardaient pas à s’éteindre.

                Ce fut une période très dure pour les animaux de la contrée. Les plus petits mouraient de froid en masse, même les oiseaux succombaient au gel et leurs maigres dépouilles furent la proie des autours et des loups. Cependant, ces derniers aussi souffraient durement du froid et de la faim. Il ne subsistait que de peu de familles de loups dans cette région et la détresse les poussa à former une association plus solide. Pendant la journée, ils sortaient isolément. Ici et là, l’un d’eux passait dans la neige, maigre, affamé et vigilant, silencieux et timide comme un fantôme. Son ombre effilée glissait à ses côtés sur la surface neigeuse. Flairant le vent, il tendait son museau pointu et poussait de temps à autre un hurlement sec et tourmenté. Mais le soir, ils décampaient et troupe et se pressaient autour des villages avec des gémissements rauques. Là, le bétail et la volaille étaient sous bonne garde et on avait disposé des fusils derrière les solides contrevents. Il était rare qu’ils tombent sur quelque petite proie, un chien par exemple, et déjà deux membres de la troupe avaient été tués.

                Le gel ne se relâchait pas. Souvent, les loups restaient couchés ensemble, se réchauffant mutuellement, silencieux et méditatifs, oppressés, dressant l’oreille dans ce morne désert jusqu’à ce que l’un d’eux,avec un sinistre hurlement, se levât tout à coup en sursaut, cruellement torturé par faim. Alors les autres loups tournaient leurs museaux vers lui, tressaillaient et poussaient tous ensemble un terrible hurlement, à la fois plaintif et menaçant.

                Finalement, la plus petite partie de la troupe se décida à partir. Très tôt le matin, ils quittèrent leurs tanières, se réunirent et, pleins d’angoisse et d’agitation, s’ébrouèrent dans l’air glacé de l’aube. Puis ils se mirent à trotter d’une foulée régulière. Ceux qui restaient les suivirent d’un regard lointain et vitreux, firent quelques douzaines de pas derrière eux, s’arrêtèrent un moment indécis et perplexes, puis regagnèrent leurs tanières.

                Vers midi, les émigrants se séparèrent. Trois d’entre eux partirent en direction de l’est et du Jura suisse, les autres poursuivirent leur route vers le sud. Les trois loups étaient de belles et vigoureuses bêtes, quoique terriblement amaigries. Le ventre rentré, au pelage plus clair, était aussi étroit qu’une courroie ; sur le poitrail, les côtes saillaient pitoyablement, les gueules étaient sèches, les regards lointains et désespérés. Les trois loups pénétrèrent profondément dans le Jura, dévorèrent le deuxième jour un mouton, le troisième un chien et un poulain et se virent furieusement traqués de tout côté par la gent paysanne. Dans la contrée, qui est riche en bourgs et en villages, se répandirent l’effroi et la crainte devant ces inhabituels intrus. Les traîneaux de la poste furent équipés d’armes à feu e personne n’allait plus d’un village à l’autre sans se munir d’un fusil. Après un aussi fructueux butin, les trois bêtes, dans cette région inconnue, se sentirent à la fois craintives et pleines d’entrain : elles devinrent plus follement hardies qu’elles ne l’avaient jamais été chez elles et pénétrèrent en plein jour dans l’étable d’une métairie. Il y eut des beuglements de vaches, des craquements de boiserie volant en éclat, des piétinements de sabots, des souffles ardents altérés de sang qui remplirent l’étroite et chaude étable.

 [report anonymous abuse]  [ accepted]
 
anonymous Suite June 04, 2005 12:58 PM

Mais cette fois-ci, des hommes survinrent ; les loups avaient été mis à prix, ce qui redoubla le courage des paysans. Ils en tuèrent deux, l’un reçut une balle dans le cou, l’autre fut abattu d’un coup de hache. Le troisième s’enfuit et courut jusqu’à ce qu’il tombât, à moitié mort, dans la neige. C’était le plus jeune et le plus beau des trois, un fier animal, puissamment musclé et aux membres agiles. Longtemps il resta couché, respirant avec peine. Des cercles rouge sang tournoyaient devant ses yeux et, de temps à autre, il poussait un gémissement sifflant et douloureux ; un coup de hache l’avait atteint au dos. Pourtant, il reprit des forces et parvint à se relever. C’est alors seulement qu’il mesura la distance qu’il avait parcourue. On ne voyait nulle part trace d’hommes ou de maisons. A une courte distance devant lui se dressait une puissante montagne, couverte de neige : c’était le Chasseral. Le loup décida de le contourner. Tourmenté par la soif, il avala de petites bouchées de la croûte durcie et gelée qui recouvrait la surface neigeuse.

 De l’autre côté de la montagne, il rencontra tout de suite un village. Le soir tombait. Il attendit, caché dans une épaisse forêt de sapins. Puis il se glissa avec précaution le long des palissades d’un jardin, guidé par l’odeur chaude des étables. Il n’y avait personne sur la route. Craintif et avide, il clignait des yeux du côté des habitations. C’est alors qu’un coup de feu parti. Le loup relava brusquement la tête et s’enfuit au pas de course lorsqu’un second coup retentit. Il était touché. Sur le côté de son ventre blanchâtre, une tâche de sang  ruisselait en gouttes épaisses. Néanmoins, par des bonds énergiques, il réussit à s’échapper et à gagner la forêt située derrière la montagne. Là, il attendit un moment et dressa l’oreille : de deux côtés à la fois lui arrivaient des voix et des bruits de pas. Plein d’angoisse, il leva la tête vers la montagne. La pente en était abrupte, boisée et pénible à escalader ; mais il n’avait pas le choix. Le souffle haletant, il se mit à gravir la pente escarpée, tandis qu’au-dessous de lui se déployait le long de la montagne une confusion de voix qui commandaient, juraient, et de lanternes dont les lumières bougeaient dans la nuit. Tout tremblant, le loup blessé grimpait à travers le bois de sapin à demi obscur, tandis que du sang brunâtre s’écoulait lentement de son flanc.

 Le froid avait diminué. A l’ouest, le ciel brumeux faisait présager une chute de neige.

                L’animal exténué avait enfin atteint les hauteurs. Il était arrivé dans un vaste champ de neige légèrement incliné, près du mont Crosin, bien au-dessus du village d’où il s’était échappé. Il ne ressentait pas la faim, mais une douleur sourde, tenace, provenant de sa blessure le faisait souffrir. Un glapissement faible et maladif sortait de sa gueule pendante, son cœur battait à grands coups douloureux et il sentait la main de la mort s’appesantir sur lui comme un fardeau indiciblement lourd.

Un sapin solitaire aux larges branches l’attire ; c’est là qu’il se coucha, le regard terne fixé sur la grisaille de la nuit enneigée. Une demi-heure s’écoula. Alors une lueur d’un rouge pâle se répandit sur la neige, lueur étrange et douce. Le loup se dressa sur ses pattes en gémissant et tourna sa belle tête vers la lumière. C’était la lune, énorme et rouge comme du sang, qui se levait au sud-est et montait lentement dans le ciel brouillé. Il y avait plusieurs semaines qu’elle n’avait été aussi rouge et aussi grande. L’animal mourant posa tristement son regard sur le disque terne de la lune et laissa échapper encore une fois dans la nuit un faible et douloureux gémissement, à peine perceptible.

    Il y eu alors des bruits de pas, des lumières. Des paysans vêtus de gros manteaux, des chasseurs et des jeunes garçons avec des casquettes de fourrures et des guêtres épaisses piétinaient dans la neige alentour. Des cris de triomphe retentirent. On avait découvert le loup agonisant, deux coups partirent et le manquèrent. Puis ils virent qu’il était déjà presque mort et ils l’achevèrent à coups de bâton et de gourdin. Le loup ne sentait plus rien.

 [report anonymous abuse]  [ accepted]
 
anonymous Fin June 04, 2005 1:00 PM

Les hommes traînèrent jusqu’à Saint-Imier la dépouille aux membres brisés. Ils riaient, faisaient les fanfarons, impatients de boire du schnaps et du café, chantant et jurant à cœur joie. Aucun d’entre eux ne remarqua la beauté de la forêt enneigée, ni l’éclat des hauts plateaux, ni la lune rougeoyante au-dessus de Chasseral, et dont la faible clarté se réfractait sur le canon des fusils, sur les cristaux de neige et dans le regard éteint du loup assommé.

English version here: http://www.kafejo.com/hesse/wolf/thewolf.htm

 [report anonymous abuse]  [ accepted]
 
 June 05, 2005 6:16 AM

MERCI Sandra !
J'ai lu et j'ai pleuré... rien n'a changé le loup est toujours persécuté ça me brise le coeur.
J'ai cross-post la version anglaise aussi dans d'autres groupes.
J'adore Hermann Hess, un des mes auteurs préférés... à lire aussi : "Le Loup des Steppes"


 [ send green star]
 
anonymous  June 05, 2005 10:41 AM

Oui, moi aussi  J'adore Hermann Hesse et le Loup des Steppes est un de mes livres préférés. Il y a aussi ce petit poème que je récitais avec ma soeur quand nous étions enfants. Cette "prière" était supposée protéger les loups:

Ami, vagabon, frère d'errance, tu marches depuis toujours, sans savoir ni pourquoi ni pour où.  Si par un soir d'été, tu sens le vent sur ton visage, ne crois pas qu'il t'annonce l'orage...  Ce n'est que le souffle de Gévaudan qui te croise et te salue car les mots Vérité et Liberté, finissent toujours de la même manière, dans d'immenses prairies désertes.

Et il y aussi ce poème: http://www.kerwoodwolf.com/IAMWOLF.htm

Et, "la mort du loup", d'Alfred de Vigny:

I. Les nuages couraient sur la lune enflammée
Comme sur l'incendie on voit fuir la fumée,
Et les bois étaient noirs jusques à l'horizon.
Nous marchions, sans parler, dans l'humide gazon,
Dans la bruyère épaisse et dans les hautes brandes,
Lorsque, sous des sapins pareils à ceux des Landes,
Nous avons aperçu les grands ongles marqués
Par les loups voyageurs que nous avions traqués.
Nous avons écouté, retenant notre haleine
Et le pas suspendu. -- Ni le bois ni la plaine
Ne poussaient un soupir dans les airs; seulement
La girouette en deuil criait au firmament;
Car le vent, élevé bien au-dessus des terres,
N'effleurait de ses pieds que les tours solitaires,
Et les chênes d'en bas, contre les rocs penchés,
Sur leurs coudes semblaient endormis et couchés.
Rien ne bruissait donc, lorsque, baissant la tête,
Le plus vieux des chasseurs qui s'étaient mis en quête
A regardé le sable en s'y couchant; bientôt,
Lui que jamais ici l'on ne vit en défaut,
A déclaré tout bas que ces marques récentes
Annonçaient la démarche et les griffes puissantes
De deux grands loups-cerviers et de deux louveteaux.
Nous avons tous alors préparé nos couteaux,
Et, cachant nos fusils et leurs lueurs trop blanches,
Nous allions, pas à pas, en écartant les branches.
Trois s'arrêtent, et moi, cherchant ce qu'ils voyaient,
J'aperçois tout à coup deux yeux qui flamboyaient,
Et je vois au delà quatre formes légères
Qui dansaient sous la lune au milieu des bruyères,
Comme font chaque jour, à grand bruit sous nos yeux,
Quand le maître revient, les lévriers joyeux.
Leur forme était semblable et semblable la danse,
Mais les enfants du Loup se jouaient en silence,
Sachant bien qu'à deux pas, ne dormant qu'à demi,
Se couche dans ses murs l'homme, leur ennemi.
Le père était debout, et plus loin, contre un arbre,
Sa Louve reposait comme celle de marbre
Qu'adoraient les Romains, et dont les flancs velus
Couvaient les demi-dieux Rémus et Romulus.
Le Loup vient et s'assied, les deux jambes dressées,
Par leurs ongles crochus dans le sable enfoncées.
Il s'est jugé perdu, puisqu'il était surpris,
Sa retraite coupée et tous ses chemins pris;
Alors il a saisi, dans sa gueule brûlante,
Du chien le plus hardi la gorge pantelante,
Et n'a pas desserré ses mâchoires de fer,
Malgré nos coups de feu qui traversaient sa chair,
Et nos couteaux aigus qui, comme des tenailles,
Se croisaient en plongeant dans ses larges entrailles,
Jusqu'au dernier moment où le chien étranglé,
Mort longtemps avant lui, sous ses pieds a roulé.
Le Loup le quitte alors et puis il nous regarde.
Les couteaux lui restaient au flanc jusqu'à la garde,
Le clouaient au gazon tout baigné dans son sang;
Nos fusils l'entouraient en sinistre croissant.
Il nous regarde encore, ensuite il se recouche,
Tout en léchant le sang répandu sur sa bouche,
Et, sans daigner savoir comment il a péri,
Refermant ses grands yeux, meurt sans jeter un cri.

 [report anonymous abuse]  [ accepted]
 
anonymous Suite et fin June 05, 2005 10:44 AM

II

J'ai reposé mon front sur mon fusil sans poudre,
Me prenant à penser, et n'ai pu me résoudre
A poursuivre sa Louve et ses fils, qui, tous trois,
Avaient voulu l'attendre; et, comme je le crois,
Sans ses deux Louveteaux, la belle et sombre veuve
Ne l'eût pas laissé seul subir la grande épreuve;
Mais son devoir était de les sauver, afin
De pouvoir leur apprendre à bien souffrir la faim,
A ne jamais entrer dans le pacte des villes
Que l'homme a fait avec les animaux serviles
Qui chassent devant lui, pour avoir le coucher,
Les premiers possesseurs du bois et du rocher.

III

Hélas ! ai-je pensé, malgré ce grand nom d'Hommes,
Que j'ai honte de nous, débiles que nous sommes !
Comment on doit quitter la vie et tous ses maux,
C'est vous qui le savez, sublimes animaux !
A voir ce que l'on fut sur terre et ce qu'on laisse,
Seul le silence est grand; tout le reste est faiblesse.
- Ah ! je t'ai bien compris, sauvage voyageur,
Et ton dernier regard m'est allé jusqu'au cœur !
Il disait : « Si tu peux, fais que ton âme arrive,
A force de rester studieuse et pensive,
Jusqu'à ce haut degré de stoïque fierté
Où, naissant dans les bois, j'ai tout d'abord monté.
Gémir, pleurer, prier est également lâche.
Fais énergiquement ta longue et lourde tâche
Dans la voie où le sort a voulu t'appeler,
Puis, après, comme moi, souffre et meurs sans parler. »

 [report anonymous abuse]  [ accepted]

 
 June 06, 2005 5:02 AM

Hooo Sandra... merci c'est si beau et si vrai et si touchant... me revoila partie à pleurer pour le loup, en silence les larmes coulent... en silence meure le loup.
la traque reprend de plus belle en france, ci dessous la news letter de loup.org
il faut faire quelquechose pour arrêter ça !

Depuis qu’un loup a éventré trois de ses génisses, les 3 et 18 mai, Christian Brochier, éleveur à Bilieu (Isère), prend soin de parquer ses bêtes tous les soirs. "Tant qu’il n’aura pas été tué, nous vivrons dans l’inquiétude." M. Brochier se croyait à l’abri. Loin du loup. Mais dans ces vallons boisés, sur les contreforts du massif de la Chartreuse, à 80 kilomètres de Grenoble, pour la première fois, au printemps, le prédateur a fait irruption. Non loin, à Saint-Geoire-en-Valdaine, les 10 et 11 mai, il a attaqué deux autres génisses.

Le 21 mai, les gardes de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCF ont reçu l’ordre de l’abattre. En vain. Depuis sa réapparition en France en 1992, jamais l’espèce n’était descendue à aussi basse altitude. Jamais elle ne s’était attaquée à de jeunes bovins. "Le fléau du loup est devenu un problème pour toute la ruralité" , s’emporte Daniel Spagnou, député (UMP) des Alpes-de-Haute-Provence, partisan de l’éradication de la bête.

Depuis quelques semaines, dans tout l’arc alpin, les bergers qui mènent leurs troupeaux en estive sont sur le qui-vive. Le week-end du 28 et 29 mai, une quinzaine de brebis ont été attaquées dans les Hautes-Alpes, quatre ont été tuées en Savoie.

En 2004, 2 600 brebis ont été attaquées, soit une augmentation de 15 % sur l’année. Les loups sont en expansion régulière. Estimés à une cinquantaine en 2004, les effectifs seraient désormais d’au moins soixante.

Les éleveurs d’ovins bloquaient les routes le 19 mars 2005, à Gilly-sur-Isère, pour protester contre les attaques des loups sur leurs troupeaux.

Le territoire de l’animal s’est étendu. Des traces de sa présence ont été relevées dans près de 200 communes de 8 départements des Alpes. Dans 120 d’entre elles, le loup est installé depuis plus de deux ans.

Jeudi 2 juin, le groupe national "loup" s’est réuni à Lyon, sous l’égide des ministères de l’écologie et de l’agriculture. Cette instance, composée d’élus, de représentants de la filière ovine et de défenseurs du loup, a rendu un "projet de protocole d’intervention sur le loup" pour l’année.

C’est sur la base de ce projet que le nouveau gouvernement devra annoncer rapidement les conditions d’une nouvelle période d’abattage du loup.

L’objectif principal du protocole est de renforcer l’efficacité des traques après l’échec de la campagne de 2004. Seuls deux loups avaient été tués sur les quatre autorisés.

Il est prévu que "le prélèvement de loups pourra être confié à un éleveur particulièrement victime d’attaques répétées" . Le berger pourra exercer un tir de défense, après accord du préfet et lorsque, en parallèle, les gardes de l’ONCFS auront reçu, eux aussi, mission d’abattre le loup.

Les chasseurs pourront également participer aux tirs. "On va au-devant de dérapages graves. Les services de l’Etat n’auront plus les moyens de contrôler le nombre de tirs et de bêtes réellement abattues" , s’indigne Jean-David Abel, responsable du dossier grands prédateurs à France Nature Environnement et membre du groupe "loup" .

Les autorisations de tir accordées aux bergers pourront "courir jusqu’au printemps de l’année suivante" , même en l’absence de nouvelles attaques. Ce protocole introduit "un changement complet de doctrine" , regrette M. Abel. "On passe de tirs destinés à protéger les troupeaux à un système de régulation de l’espèce" , ajoute-t-il....

 [ send green star]
 
 June 06, 2005 5:03 AM

.....
Le protocole ne fixe pas le nombre de loups qui pourraient être tués. Ce sera au gouvernement de trancher. "Quel que soit le nombre de loups autorisés, l’essentiel pour nous, c’est d’avoir obtenu la possibilité de nous défendre nous-mêmes, déclare Franck Dieny, chargé du dossier grands prédateurs à la Fédération nationale ovine. Nous restons toutefois dubitatifs. Car ce protocole reste conditionné à l’arbitrage du nouveau gouvernement."

En 2004, le plan d’action loup institué par le ministre de l’écologie, Serge Lepeltier, devait épargner les troupeaux des attaques, tout en ne compromettant pas la pérennité de l’espèce. Sachant que le loup est protégé par la Convention de Berne de 1979 et la directive européenne Habitats de 1992, M. Lepeltier avait pesé le quota de quatre loups au trébuchet.

Ce choix tenait compte de l’avis des scientifiques, pour qui un "prélèvement" supérieur à 10 % des effectifs risquait de mettre en péril la conservation du loup. Le ministre s’était fondé sur une estimation volontairement basse de moins de 40 spécimens.

Au final, les éleveurs ont jugé dérisoire l’abattage de seulement deux animaux dans la Drôme, et dans l’Isère. Les associations de défense du loup ont, pour leur part, dénigré les conditions dans lesquelles les tirs ont été effectués.

Depuis, le ministère a reconnu l’échec "relatif" de son plan au regard de son coût : 180 000 euros pour l’ONCFS, soit l’équivalent de 1 000 heures d’agents passées sur le terrain.

Selon le ministère de l’agriculture, seulement un quart à un tiers des éleveurs qui vivent dans les zones à loup ont aujourd’hui pris des mesures de protection contre les attaques : chiens patous, spécialisés dans la garde des troupeaux, embauche d’aides-bergers, clôtures.

Le groupe "loup" a pris acte, jeudi, de l’intention du ministère de l’agriculture de doubler le budget d’aides aux bergers pour subventionner ces mesures concernant les ovins. Pour 2005, ce budget, financé à 50 % par l’Europe, passerait ainsi à 2,5 millions. En revanche, aucun dispositif d’aides financières n’est prévu pour la protection des bovins.

Autre motif de satisfaction pour les bergers : les indemnisations pour chaque brebis attaquée seront réévaluées et la procédure d’indemnisation accélérée. Dans les zones où le loup est installé depuis deux ans, les bergers seront indemnisés sur simple déclaration. L’expertise de l’ONCFS pour établir la responsabilité du loup avant le versement de l’indemnisation ne sera plus exigée.

 [ send green star]
 
 June 08, 2005 3:55 AM

Cosa Animalia communique :

1°) Sur l’incident grave du 4 juin 2005 perpétré par des chasseurs et éleveurs
Les protecteurs du loup seront donc intervenus pacifiquement ,pendant 9 jours, sur le site de la Valdaine pour empêcher l’abattage du loup jusqu’à ce qu’un incident gravissime ne se produise le 4 juin 2005 aux alentours de 23 heures.
Il s’agissait, en effet, jusque-là, de repérer les patrouilles de l’ONC, mandatées par l’Etat pour effectuer la basse besogne, d’entreprendre un jeu de cache-cache avec ces agents, d’échanger des propos avec eux, de tenter de les raisonner sur une tâche tout à la fois,ingrate, illégitime et inutile.
Tout se déroulait au mieux au fil des jours et rien ne laisser présager une tel dénouement.
Car l’incident relaté marqua un coup d’arrêt tout du moins provisoire de l’action méthodique orchestrée sur le terrain par les associations de protection animale locales.
Il importe de décrire la scène avec une minutie et une précision dignes des scénarios les mieux ficelés de manière à révéler à la France entière tournée vers la Valdaine combien la rage d’abattre un animal aux abois peut motiver un comportement des plus vils et bas digne des pires cauchemars.
Un groupe d’une soixantaine d’individus, présumés chasseurs-éleveurs munis de bâtons, a bloqué la voiture d’une sympathisante anti-abattage du loup sur la commune de St Sulpice des Rivoires.
Il s’agissait d’une femme seule âgée d’une soixante d’années qui s’aprêtait à quitter le lieux après une courte entrevue avec l’une des patrouilles de l’ONC.
Elle a été prise à partie par ces hommes en furie qui l’ont humiliée (badigeonnée de purin sur tout le corps), puis abondamment insultée.
Ils ont ensuite crevé l’un des pneus et dégonflé les autres roues de son véhicule en martelant qu’elle « n’aurait qu’à dormir avec son loup ».
Les diverses méthodes d’intimidation utilisées, inadmissibles, prouvent leur détermination à faire prendre à cette affaire un tournant dramatique. Car enfin, il lui ont reproché, pêle-mêle, « d’entraver les gardes de l’ONC dans leur action », de « contrecarrer leur plaisir de tuer » !...
Il faut noter aussi que tant le tutoiement utilisé que le ton agressif et les menaces (« on va te lyncher ») proférées montrent leur profond mépris à l’égard de tout individu qui ose exprimer une pensée différente de la leur.
Nous insistons sur le fait que tout aurait pu basculer dans une fraction de seconde dans l’horreur si la Gendarmerie, bien que de rescousse tardive, n’était pas intervenue pour la placer sous la protection de l’Etat.
Elle a naturellement fait une déposition auprès des forces de l’ordre dans laquelle elle retrace les circonstances et la tension dans lesquelles se sont déroulés ces faits qui n’est qu’un prélude à la plainte déposée ultérieurement par la victime.

2°) Sur la position de Cosa Animalia sur cette affaire
Face à la survenance d’un tel évènement, nous avons dû adopter une position de repli provisoire ne signifiant nullement l’acceptation des arguments des anti-loups et pas d’avantage le renoncement à notre action.
Il convenait, dans un premier temps, de choisir une position de sagesse pour préserver le sécurité du nombre conséquent de nos sympathisants : car enfin si ceux-ci s’étaient trouvés sur le terrain ce malheureux jour, on imagine combien les conséquences auraient été plus graves voire irrémédiables.
C’est en tous cas la solution choisie par COSA ANIMALIA qui a stoppé le dispositif pour assainir la situation.
Tous les contacts pris dans la journée du 6 juin, tendaient à cerner, comprendre puis analyser la scène de violence décrite ci-dessus.
Les premières conclusions sont les suivantes :
-  la présence de ce grand nombre de hooligans (une soixantaine voire plus) sur le terrain a été orchestrée de main de maître par les responsables locaux en matière d’agriculture ;
-  la version officielle tendant à affirmer que ces actes isolés néanmoins collectifs étaient destinés à « casser de l’écolo » peut dissimuler, à l’arrière-plan, une battue contre le loup illégale par les protagonistes ayant violenté la représentante pro-loup ;
-  le dispositif mis en place cette nuit-là, conforté par l’acceptation du Préfet (le fondement de cette acceptation n’est pas, pour le moment, légalisée par un arrêté, sauf erreur de notre part, mais par la mise en place du dispositif de Gendarmerie) va courir jusqu’au 15 juin date de la fin de la période d’abattage prévue dans l’arrêté inter-ministériel.
Face à ces faits très graves, nous étudions actuellement plusieurs possibilités de recours mais surtout avons, d’ores et déjà, réclamé la tenue d’une réunion ou d’un débat pour pacifier la discussion sur l’opportunité de la régulation du loup dans la Valdaine.
Plusieurs rencontres sont prévues dès le 7 juin 2005, pour parvenir à un dénouement souhaitable dans l’intérêt de toutes les parties et nous espèrons vivement que le même état d’esprit présidera les rencontres planifiées dans les plus prochains jours avec les instances régionales et nationales.
 [ send green star]
 
anonymous  June 08, 2005 10:58 AM

C'est vraiment lamentable... Les chasseurs et les éleveurs sont dangereux et violents (en plus d'être idiots, bien sûr). Ce sont des brutes qui passent leur temps à cogner, tirer sur tout ce qui bouge, insulter... Il n'y a aucun dialogue possible avec ces gens-là. C'est grave et inquiétant.

 [report anonymous abuse]  [ accepted]
 
 June 08, 2005 12:03 PM

Great Job Maya!

pourquoi ne pas demander le boycott du fromage, lait, ou viande de ces eleveurs? mon mari a arrete de manger du boeuf car les ranchers ds le Wyoming shoutait sur le sloups , mettaient du poison ds les parcs.

je n'ai pas tout lu donc peut etre qu'il y a un mouvement de boycott en place..

bref en tous les cas, thanks Maya

 [ send green star]  [ accepted]

 
Sandra June 09, 2005 2:15 AM

Il y a un probleme avec la petition...chaque fois que j'essaye de "cliquer" dessus, le website m'envoit dans un autre site...frustrant....quelqu'un d'autre a le meme probleme???

merci,

vero

 [ send green star]  [ accepted]
 
petitions June 09, 2005 2:50 AM

Véro, stp peux tu préciser avec quelle pétition tu as eu ce problème... j'ai essayé ce matin, à priori ça fonctionne.

Récapitulatif des pétitions LOUP en version française :

1- Loup.org
" Pour le retour du loup en France dans un souci de respect de la biodiversité et pour le maintien de sa protection selon la Convention de Berne et la Directive Habitats."
http://www.loup.org/spip/article.php3?id_article=107
> dans le menu de gauche vers le bas de la page, à hauteur de la photo du bébé loup : indiquez votre nom et une adresse email valide. vous recevrez ensuite un email de confirmation
> cliquez sur le lien qui est donné dans ce mail pour valider votre signature, sinon votre signature sera rejetée, ceci pour vérifier l'authenticité de votre engagement.


2- WWF
Pétition du WWF aux ministères de l'agriculture et de l'écologie.
http://www.wwf.fr/cyberaction-loup/index.php
> cliquer sur le bandeau rouge en bas du texte / ou aller directement à cette adresse http://www.wwf.fr/cyberaction-loup/index3.php
remplissez les renseignements demandés et pour valider cliquez sur le bandeau rouge en bas de page. vous recevrez un email de confirmation.


3- SPA
Les signataires de cette pétition exigent, avec le Groupe Loup France, la SPA et le WWF-France, que le loup reste protégé par la Convention de Berne et la Directive Habitats, dans le respect des activités d’élevage et de pastoralisme.
http://www.spa.asso.fr/petitions_form.asp?petition=1
 [ send green star]
 
anonymous  June 09, 2005 5:05 AM

Oui pour moi aussi ça fonctionne, Maya. Véro, dis-nous quelle est la pétition que tu ne peux pas ouvrir ?  [report anonymous abuse]  [ accepted]
 
 June 09, 2005 8:40 AM


DÉFENSE DU LOUP
Alors qu'il est protégé par la loi et que sa population est dérisoire (une trentaine d'individus en France), le loup est victime d'une incroyable cabale orchestrée par certains éleveurs, bien entretenue par des politiques démagogues et certains médias avides de sensationnel. L'ASPAS condamne sans réserve cet acharnement contre le loup et s'oppose juridiquement par tous les moyens aux décisions d'abattage de l'espèce.
http://www.aspas-nature.org/dossiers/loups.htm
 [ send green star]
 
 June 09, 2005 8:50 AM


Abattage d'un loup : ordonnance du Conseil d'Etat d'ici fin de la semaine
AFP 08.06.05 | 17h14

Le Conseil d'Etat a indiqué mercredi qu'il se prononcerait "d'ici la fin de la semaine" sur l'opportunité de suspendre un arrêté interministériel du 19 mai sur l'abattage d'un loup dans l'Isère.

L'ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages), a demandé la suspension en référé (procédure d'urgence) de cet arrêté à la haute cour administrative. Elle fait valoir que le loup est une espèce protégée par une législation européenne et des arrêtés d'application français et que la décision du gouvernement n'entre pas dans le cadre des dérogations prévues par ces différents textes.

Lors d'une audience publique, mercredi, le gouvernement, représenté par un haut fonctionnaire du ministère de l'Ecologie, Jacques Wintergerst, a jugé au contraire que toutes les conditions dérogatoires étaient remplies.
L'arrêté du 19 mai autorise le tir à balles réelles d'un loup dans l'Isère jusqu'au 15 juin. L'animal est soupçonné d'avoir provoqué la mort de cinq génisses et d'un veau dans cinq attaques nocturnes entre le 3 et le 19 mai, dans une zone de plaine proche du massif de la Chartreuse où il n'était jamais descendu jusqu'alors.
La législation européenne et la réglementation française autorisent le tir d'un loup, lorsque les dégâts aux élevages sont "importants, qu'il n'existe pas d'autre solution satisfaisante" et que l'état de conservation de l'espèce est "favorable".

Selon l'ASPAS, l'état de conservation du loup en France ne permet pas de tirer un spécimen alors que le gouvernement pointe une expansion annuelle de la présence du prédateur de "10 à 20%" depuis 2001.
L'ASPAS a observé à l'audience que les exploitants n'avaient pris aucune mesure pour protéger leurs bovins d'attaques de prédateurs. Mais le gouvernement a jugé ces mesures "impensables" dans le cas d'espèce, où les animaux sont dispersés sur de petites parcelles.
L'association écologiste a considéré par ailleurs que le critère de dommages "importants" n'était pas rempli. Les pouvoirs publics ont rétorqué que le loup avait détruit "en 15 jours autant de bovins" que sur l'ensemble de l'année 2004.  [ send green star]
 
Ouf ! Bonne nouvelle ! June 13, 2005 9:06 AM

 PARIS (AFP)
10 Juin 2005 21h33

Suspension de l'arrêté autorisant l'abattage d'un loup dans l'Isère
Le Conseil d'Etat a suspendu vendredi pour vice de procédure un arrêté interministériel du 19 mai qui autorisait jusqu'au 15 juin l'abattage d'un loup dans l'Isère.
Saisi par une association écologiste, l'ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages), un juge des référés (procédures d'urgence) de la haute cour administrative, Marie-Dominique Hagelsteen, a estimé, dans sa décision, que "l'arrêté contesté n'avait pas été précédé d'une consultation régulière du Conseil national de la protection de la nature" (CNPN).
Le CNPN est un organisme consultatif réunissant administration, élus, professionnels, scientifiques et ONG.
Le loup est un animal protégé par les législations européenne et française qui mettent des conditions très strictes à  toute autorisation dérogatoire de tir à  balles réelles.
L'arrêté contesté avait été pris par le ministre de l'Agriculture, Dominique Bussereau, et l'ex-ministre de l'Ecologie, Serge Lepeltier, après cinq attaques nocturnes entre le 3 et le 19 mai chez trois éleveurs de l'Isère, dans une zone de plaine proche du massif de la Chartreuse, où aucun loup n'avait été répéré jusqu'alors. Six bovins avaient été déchiquetés, cinq génisses et un veau.
L'association plaignante estimait que les conditions dérogatoires de la législation n'étaient pas remplies, l'administration soutenant le contraire.
La traque du loup de l'Isère, commencée le 21 mai, n'a donné aucun résultat. Reprise le 1er juin après une suspension de deux jours, elle a été arrêtée mardi soir, selon Yves Tachker, directeur départemental de l'Agriculture pour l'Isère.
Interrogé dès jeudi sur l'attitude des pouvoirs publics si l'arrêté venait à  être suspendu par le Conseil d'Etat, le directeur de la Nature et des paysages du ministère de l'Ecologie, Jean-Marc Michel, avait indiqué à  l'AFP que les délais étaient "trop courts" pour permettre au nouveau gouvernement de prendre un nouvel arrêté pour l'Isère.
Il avait rappelé que le gouvernement préparait un arrêté global qui fixera le quota de loups pouvant être abattus, "probablement jusqu'au printemps" 2006, sur l'ensemble de son aire de répartition dans les Alpes françaises.  [ send green star]
 
 June 14, 2005 6:13 PM

Jusqu’au 15 juin 2005, un arrêté interministériel du 19 mai autorisait le tir d’un loup dans l’Isère, suspecté d’avoir tué des génisses entre le 3 et le 19 mai.

Le Conseil d’Etat a suspendu aujourd’hui cet arrêté pour vice de procédure.
Saisi par l’ASPAS (Association pour la protection des animaux sauvages), un juge des référés (procédures d’urgence) de la haute cour administrative, Marie-Dominique Hagelsteen, a estimé, dans sa décision, que "l’arrêté contesté n’avait pas été précédé d’une consultation régulière du Conseil national de la protection de la nature" (CNPN).
Le CNPN est un organisme consultatif réunissant administration, élus, professionnels, scientifiques et ONG.

 [ send green star]
 
 June 20, 2005 4:47 AM

**"Prélèvement" autorisé de 6 loups en 2005**
La nouvelle ministre de l'Ecologie, Nelly annonce : les bergers, dans un cadre très strict, pourront tirer sur les loups. Le quota d'abattage passe dans le même temps de quatre à six prédateurs.
Lire l'article : http://www.loup.org/spip/article493.html



** Manifestation à Nice le 2 juillet 2005 **
L'ASPAS, le MEI et un important collectifs d'associations de toute l'Europe, lancent un appel pour que vive le loup et la vie sauvage.
Si aucune délégation de loup.org ne se rendra sur place, nous invitons nos membres et sympathisants à se rendre nombreux à cette manifestation :
Plus d'info -> http://www.loup.org/spip/article492.html
 [ send green star]
 
 July 11, 2005 1:07 AM

Bonjour

Voici la lettre d'information du site "loup.org"
(http://www.loup.org/).

Actualités :

**Appel aux dons pour sauver le loup d'Abyssinie**
par la SFEPM
Le Loup d'Abyssinie (Canis simensis), canidé le plus rare au monde (il
reste 500 individus en Ethiopie) est gravement menacé par une épizootie de
rage. Une campagne de vaccination a été lancée qui nécessite une aide
financière.
-> http://www.loup.org/spip/article507.html
AIDEZ NOUS !!!!!


**Savoie : un éleveur abat un loup qui attaquait son troupeau**
('Agence France Presse)
- 4 juillet 2005
Un éleveur a abattu un loup, un mâle d'une trentaine de kilos, qui
s'attaquait à son troupeau de moutons, samedi dans le massif des Bauges
(Savoie), et a aussitôt prévenu la gendarmerie, a-t-on appris lundi auprès
de la préfecture.
-> http://www.loup.org/spip/article504.html


**Communiqué du ministère**
- 4 juillet 2005
Madame Nelly OLIN, Ministre de l'écologie et du Développement Durable,
condamne le fait qu'un loup ait été abattu en Savoie dans la nuit de
vendredi à samedi, sans que les (...)
-> http://www.loup.org/spip/article505.html


**Braconnage ou financements publics, il faut choisir !**
Communiqué de FNE
- 5 juillet 2005
La fédération France Nature Environnement s'élève vivement contre le
braconnage de loup qui vient d'avoir lieu en Savoie et demande au
gouvernement de (...)
-> http://www.loup.org/spip/article506.html
 [ send green star]
 
et pendant ce temps le massacre continue September 08, 2005 3:16 PM

** Protocole 2005 : le "premier" loup tué ** par  l'Agence France Presse - 2 septembre 2005 Un loup, suspecté d'avoir tué une dizaine de jeunes bovins en Isère, a été tué vendredi à 2H00, a indiqué le directeur départemental de l'Isère de l'Agriculture et de la Forêt, Yves Tachker. "C'est un gros mâle de 35 kilos qui a été tiré sur la commune de Saint-Sulpice des Rivoires" a indiqué M. Tachker. Après une série d'attaques dans ce secteur vallonné, au pied du massif de la Chartreuse, la ministre de l'Ecologie, Nelly Olin, avait autorisé ce "prélèvement" (...) Lire la suite -> http://www.loup.org/spip/article525.html ** HALTE AU MASSACRE !!! ** 4 septembre 2005 Les lobbys ultra minoritaires de ce pays (éleveurs et chasseurs), aidés par un groupuscule d'élus populistes et poujadistes ont réussi à convaincre une ministre qui ne demandait qu'à l'être, de réguler l'espèce protégée du Loup avec l'ambition à peine dissimulée de l'éradiquer à court terme. Lire la suite -> http://www.loup.org/spip/article526.html  [ send green star]
 
Appel à Manifester October 04, 2005 5:01 AM

Pourqoui ?Communiqué de presse
De nombreuses associations appellent à manifester pour la nature le 5 novembre 2005.

En novembre 2004, nous enterrions symboliquement l’ourse Cannelle au Panthéon.
Cette année, notre tristesse et notre colère ont des causes plus vastes : la nature et la biodiversité  vont de plus en plus mal en France.

Ce n’est pas une fatalité. Nous ne méconnaissons ni les difficultés du pays, ni le contexte mondial. Nous savons que la conservation de la nature dépend aussi d’une meilleure politique de l’énergie et d’un aménagement du territoire digne de ce nom. Mais nous avons la conviction profonde qu’on pourrait faire beaucoup mieux.

Alors que les termes « développement durable » et « biodiversité » sont plus que jamais prétexte à de beaux discours et de riches colloques, on assiste en France à un retour en arrière de plusieurs décennies en matière de protection de la Nature ! La France, donneuse de leçons universelles, renie tous ses engagements internationaux dans ce domaine.

Tous les projets de lois ayant trait de près ou de loin à la Nature, et à ce qui devait  initialement  concerner sa protection, ont été complètement malmenés ou enterrés par les puissants lobbies anti-nature avec l’accord du gouvernement.

C’est pourquoi  les associations signataires appellent à manifester

le  samedi 5 novembre à 14h 30 au Panthéon (Paris 5ème)


Pour la défense de la Nature, du vivant et des animaux.


Pour dénoncer :
  • les violences faites à la Nature
  • les abattages injustifiés de loups
  • les abus de la chasse et les innombrables cadeaux faits aux chasseurs
  • la scandaleuse collusion entre pouvoirs publics et braconniers (Escrinet, Camargue)
  • une politique de l’eau calamiteuse
  • la régression de la protection des espaces naturels
  • les manipulations sur le vivant, les pollutions, le bétonnage
  • le poids excessif des lobbies contre l’intérêt général

Et pour demander :
  • l’application sans faille de la Charte de l’Environnement
  • un renforcement immédiat de la population d’ours dans les Pyrénées
  • l’application totale des directives « habitats », « oiseaux » et « eaux douces »
  • une réforme de la PAC pour une agriculture respectueuse de l’environnement et des consommateurs
  • un moratoire de la chasse aux espèces en mauvais état de conservation
  • un statut de l’animal dans le respect du vivant, incluant la faune sauvage
  • des mesures de protection efficaces pour les espèces au seuil de l’extinction
  • un vrai ministère de l’Ecologie doté de moyens à la hauteur des enjeux

APPEL LANCE PAR :

SPA, WWF, FERUS, LPO, Fondation Brigitte Bardot, SNPN, Amis de la Terre, ASPAS, CVN,SFEPM, FIEP, Assistances aux Animaux, Action Nature, AVES FRANCE, CPN Belgique, Franche-Comte Environnement, AFIRA,SECAS, RAC, www.loup.org, Pays de l’Ours ADET, Wolf Eyes, Naturalistes Orléanais, AMOPYC, Coordination du Marais Poitevin,... (liste non close !)

Merci de diffuser ce communiqué de presse le plus largement possible à vos contacts !

+ d'Infos : http://www.loup.org/spip/article532.html
 [ send green star]
 
 October 21, 2005 1:38 PM

Quelques infos de www.la-meute.org

A l'approche de la date de la manifestation pour la nature du 5 novembre à Paris et Valence, nous avons créé un forum spécifique pour que vous y retrouviez toutes les infos nécessaires.
http://www.la-meute.org/forum44.php

A ce sujet, nous recherchons des "petits chaperons rouges" pour donner une image festive à cette manifestation.
http://www.la-meute.org/ftopic5508.php

Venez nombreux le 5 novembre !
(et faites passer le mot)
www.loup.org  [ send green star]
 
anonymous  August 23, 2006 9:00 AM

Attaques de troupeaux : un loup sera abattu à Périoule

 mercredi 23 août 2006 par Christophe CORET, Président de l’association AVES FRANCE
65 rue des bons enfants
76000 ROUEN
Tél. : 02.76.00.82.68 - contact@aves.asso.fr

Depuis le début de l’été, une trentaine de brebis ont été victimes du loup en Isère et principalement dans le massif de Belledonne. Le préfet a décidé hier d’autoriser l’abattage d’un loup par les lieutenants de louveterie à l’alpage de Périoule.

Le mois de juillet a été calme mais la dégradation des conditions climatiques joue en faveur du loup car les troupeaux sont plus difficiles à garder (brouillard...).

Jean-Pierre Jouffrey, qui s’installe avec son troupeau de moutons au Collet d’Allevard avant de rejoindre l’alpage de Périoule au début du mois d’août, affirme perdre chaque années des dizaines de bêtes à la suite d’attaques de loups.

Pour lui, ce prélèvement ne sera pas suffisant. 21 moutons de son troupeau ont été tués, auxquels il faut ajouter 41 animaux perdus.

Pourtant, Jean-Pierre Jouffrey possède deux patous et pratique le regroupement de ses bêtes en enclos. Mais évidemment, si ces mesures sont extrêmement efficaces habituellement, comment un homme seul et deux chiens peuvent-ils protéger efficacement un troupeau de 3500 têtes ?

La cohabitation entre les loups (ou les ours) et le pastoralisme est possible, mais il est évident que devant des troupeaux si disproportionnés, les moyens de protection montrent leurs limites. Même si les patous donnent l’alerte lorsque le loup approche, comment un homme seul peut-il protéger 3500 ovins ?

Ne serait-il pas raisonnable de revenir à des troupeaux plus petits ?

AVES FRANCE condamne cette nouvelle autorisation de prélèvement. Tuer un loup ne réglera nullement les problèmes de la filière pastorale.

 [report anonymous abuse]  [ accepted]
 
  New Topic              Back To Topics Read Code of Conduct

 

This group:
The French Touch
162 Members

View All Topics
New Topic

Track Topic
Mail Preferences